mercredi 18 septembre 2013

XIV. Femme et Tâches Ménagères




A. Introduction :

Un sujet peu connu et dérangeant beaucoup de musulmans est la question de la femme et des tâches ménagères. Et c'est bien là un sujet touchant les femmes qui a été en général traité assez justement par les juristes musulmans. Selon trois des écoles sunnites, les tâches ménagères n'incombent en effet pas aux femmes. Penchons-nous dans ce billet sur ce sujet dérangeant. 


B. Hadiths :

B-1. Le Prophète a mangé du pain en de rares occasions et assurait l'alimentation de ses épouses :

Anas rapporte : " Le Messager portait de modestes habits en laine, et des sandales raccommodées. " Anas a aussi rapporté : " Le Messagé a mangé du plat nommé "bachi" et porté des habits raides " (Celui qui transmet d'Anas a demandé : " Le bachi c'est quoi ? " Celui-ci expliqua : " De l'orge grossier, que la personne ne peut avaler qu'à l'aide d'une gorgée d'eau. " 

Aïcha rapporte : " Le Messager n'a pas mangé deux jours consécutifs du pain d'orge. " (al-Buhari, Muslim.)

Aïcha dit un jour à Urwa, un neveu : " Par Dieu, ô fils de mon frère, nous voyions la nouvelle lune, ensuite une autre lune, ensuite une autre, et observions trois nouvelles lunes sur une plage de temps de deux longs mois sans que ne fume une cheminée dans la demeure du Messager. " Sur cela, Urwa dit : " Ma tante, dans ce cas que mangiez-vous alors ? " . Aïcha lui répondit :." Les deux choses sombres, les dattes et l'eau. Seulement, des voisins médinois avaient du bétail, et envoyaient tantôt de leur lait au Messager dont nous buvions alors.. " (al-Bukhari, Hiba ; Muslim, Zuhd ; Ahmad ibn. Hanbal.)

abu Said el-Makburi transmet d'abu Hurayra, qu'ils ont croisé un jour une tribu, et ont vu un mouton rôti. Ils ont été invités à en manger. Celui-ci s'abstint d'en manger en disant : " Le Messager a quitté ce monde sans manger du pain d'orge à satiété ". (al-Bukhari.)


B-2. Le Prophète apportait à manger à sa famille : 

" Je ne voudrais pas te laisser dans la faim, mais j'ai donné les aliments aux démunis d'Ashab al-Suffa. Cependant j'ai renvoyé une personne t'apporter également de quoi manger. " (Ahmad.)

B-3. Le Prophète participait à toutes les tâches ménagères :

Un jour une personne demanda à Aïcha : " Quelles étaient les occupations du Prophète chez-lui ? " Aïcha lui répondit : " Il aidait la personne demandant de l'aide, et était perpétuellement au service de sa famille." (al-Bukhari.)

" Il réparait ses sandales, raccommodait des habits... ".

" Il était un homme comme les autres : lavant ses habits, trayant le bétail, et exécutant ses propres besoins. "


B-4. Muhammad préparait des plats et des desserts :

De mêmen il est rapporté que le Prophète a préparé du tharid à base de pain et de viande, ainsi qu'un désert nommé sawik, base de lait et de miel. 


C. Se charger des besoins des épouses incombe à l'homme :

Nourrir son épouse est une tâche de l'homme, c'est lui qui est chargé d'assurer un plat chaud à celle-ci. La majorité des savants soutiennent que les tâches ménagères n'incombent pas à la femme. Certains autres défendent l'idée que cela revient aux femmes. En réalité, aucun verset ou hadith sain n'attribue ces tâches aux femmes. Au contraire, il existe des hadiths témoignant de la participation aux tâches ménagères des mâles, et pouvons lire que beaucoup avaient des servantes et esclaves pour s'occuper de ces tâches.  

Les savants expliquent : " La base, c'est de bien agir envers les femmes. Et agir à l'exemple du Prophète, en se chargeant de leurs besoins quotidiens, alimentation, logement et vestimentation. En outre, la nature et la quantité de la nourriture sera déterminée selon les usages sur place. " (ar-Rawda an-Nâdiya, Albani.)


D. Le droit d'exiger des domestiques et ménagères : 

Même les juristes les plus sévères envers la gent féminine écrivent que si la femme a été élevée dans une famille aisée disposant de domestiques et cuisinières, leur époux doit leur assurer le même confort après le mariage. Soulignant qu'en les épousant, leurs maris savaient qu'elles ne sont pas habituées à exécuter de telles tâches. Considérant donc les moeurs et usages en vigueur comme déterminantes à ce sujet. Or, à ce sujet ni le Coran, ni les hadiths n'attribuent ces tâches aux femmes. 

Aucun commentaire: