vendredi 20 septembre 2013

XVI. Les Femmes Vont-Elles sur Les Bords des Chemins



A. Introduction :

Une chose attribuée au Prophète est la prétendue interdiction aux femmes de circuler au milieu des chemins. Cela est un artéfact d'un problème ponctuel résolu par le Prophète. L'incident débutât dans les rues très exiguës de Yathrib, lorsque des femmes bloquèrent un jour la voie à la sortie de la Mosquée du Prophète en discutant entre-elles ou marchant trop lentement par rapport aux mâles.



Les rues de la vielle Yathrib étaient exiguës, et cet incident survint dans ce contexte précis... Il fut demandé aux dames de circuler sur les bords du chemin et de ne pas gêner la circulation.


B. Hadiths erronés :

ibn Umar dit : " La femme ne peut pas sortir en dehors de ses besoins, et n'a droit qu'aux bords des chemins et point au milieu des chemins. " (Kanz al Ummal.)

Abu Amr ibn Hamas et abu Hureyre transmettent de façon marfu : " Le milieu des chemins n'est pas pour les femmes. " 

* Ces hadiths contiennent des transmetteurs faibles et ne parviennent pas jusqu'au Prophète. Leur source est l'incident cité juste plus haut. 


C. Hadith d'ibn abi Asyad :

C-1. Les femmes obstruent le chemin de sortie de la mosquée :

Hamza ibn abiAsyad al-Ansari rapporte de son père, le Prophète dit aux femmes occupant et bouchant le chemin de sortie de la mosquée : " Circulez, ne gênez pas ainsi le passage. Prenez les bords des chemins. " Sur ce, les femmes se mirent à frôler les murs au point que leurs habits s'accrochaient aux murs. " (Sunan abu Dawud.)

عن أبي أسيد الأنصاري عن أبيه أنه سمع النبي صلى الله عليه و سلم و هو خارج من المسجد , و قد اختلط الرجال مع النساء في الطريق فقال رسول الله للنساء ( استأخرن فإنه ليس لكن أن تحتضن الطريق , عليكن بحافات الطرق ) فكانت المرأة تلصق بالجدار حتى إن ثوبها ليعتلق بالجدار من لصوقها به .


C-2. Le Prophète attent la sortie des dames, et leur accorde la priorité :

" Aorès la prière, le Prophète restait assis jusqu'à ce que les femmes soient parties les premières. ibn Chihab dit : " Nous voyions, et Dieu est plus savant, qu'il attendait que les femmes aient pris de l'avance en sorte de ne pas s'accrocher aux hommes sur les chemins. " 

كان الرسول صلى الله عليه وسلم إذا سلم , قام النساء حتى يقضي تسليمه , ومكث يسيرا قبل أن يقوم . قال ابن شهاب فأرى - والله أعلم - أن مكثه لكي ينفذ النساء , قبل أن يدركهن من انصرف من القوم .

* Ce hadith rapporté par al-Bukhari montre que pour éviter aux femmes de frôler les murs, le Prophète leur laissait le temps de prendre de l'avance. Il apparait clairement que cela a succédé l'incident mentionné plus haut.


C-3. Le Prophète attribue une entrée propre aux femmes :

Finalement, le Prophète attribua une porte de la Mosquée propre pour les femmes. ibn Umar rapporte : Le Messager dit : " Laisserions-nous une porte propre aux femmes ? " Nafi rapporte : " A partir de ce moment, ibn Umar n'employa point cette porte-là jusqu'à sa mort. " (abu Dawud.)

Malgré ces preuves montrant que les femmes sortaient de chez-elles du temps du Prophète, l'esprit sexiste et patriarcla les a progressivement condamnées à un enfermement à domicile à perpétuité d'une façon totalement incompatible avec les usages dans l'islam primitif.


D. Tentative d'éloigner les femmes des mosquées : 

Umar ibn al-Khattab envisageat d'interdire les mosquées aux femmes après le décès du Prophète. Mais s'en absint se rappelant de la prohibition formelle du Prophète de les en priver. Le prophète Muhammad avait même attribué une porte propre aux femmes. Aïcha aurait dit : " Si le Messager avait vu les changements chez les femmes, il leur aurait interdit les mosquées, comme cela est le cas chez les enfants d'Israël. " (al-Bukhari.) Cela est néanmoins son avis personnel. 

Nous avons après une analyse historico-critique, une approche moderne réfutable, soutenu et montré que la question de la circulation des dames sur les bords des chemins est une extrapolation d'un incident ponctuel, qui plus est résolu par le Prophète à l'époque. Cet incidant ayant été extrapolé au point de leur interdire jusqu'à l'interdiction de sorties constitue un point caractéristique des mentalités ayant structuré le satut de la femme dans la culture musulmane postérieurement au Prophète.

1) Les femmes encombrant les chemins étroits de Yathrib à la sortie de la Mosquée, le Prophète leur demanda de circuler et d'emprunter les bords des chemins en sorte de ne pas déranger le passage... 
2) Le Prophète trainait depuis lors à sortir de la mosquée en leur donnant de l'avance en vue de rentrer plus aisément. Et leur attribuât une porte propre interdite aux mâles.

3) Or, après le décès du Prophète, les sorties furent interdites aux femmes en dehors des nécessités.

4) Une tentative de leur interdire les visites des mosquées fut avorté comme le Prophète avait pensé à prohiber de les en empêcher de son vivant.

5) Le hadith d'abu Dawud s'est répandu, les sorties des femmes fut strictement interdit en dehors des strictes nécessités, alors que même les épouses du Prophète sortaient, comme par exemple Aïcha qui participât à l'expédition pourchassant les meurtriers d'Uthman ibn Affan. 

E. Des groupes de femmes au milieu des hommes : 

Le conseil du Prophète aux femmes de circuler à leur vitesse en empruntant les bords des chemins étroits de Yathrib en vue de leur éviter des contacts physiques dérangeantes avec des hommes, et ne pas gêner le passage est explicite et clair. Cela ne constituant nullement l'intention de leur interdire les milieux des chemins. Dans le cas où cela serait pratiqué à la lettre, dans les marchés, rayons et magasins, l'accès des hommes aux marchandises en serait simplement dérangé. En réalité, cela tient d'un simple incident dans les ruelles étroites de Yathrib que le Prophète a résolu à l'épque. Par ailleurs, dans les grandes mosquées, des groupes de femmes se trouvent régulièrement au milieux d'hommes. Cela est un artéfact des usages du temps du Prophète qui se sont conservées, malgré les multiples manipulations jurisprudentielles et théoriques visant à progressivement confiner les femmes chez-elles dans un genre d'incarcération à domicile à perpétuité.


F. La Mosquée du Prophète et l'Enceinte de la Ka'ba témoins historiques :

La grande mosquée du Prophète à Médine et la Mosquée Sacrée de la Mecque ont de tout temps continué à être visités de façon mixte et ce depuis le vivant du Prophète à ce jour. Cela est la preuve matérielle historique de l'évolution des usages après le décès du Prophète, qui n'ont pas eut l'autorité de déformer l'usage du Prophète en personne au coeur du monde musulman même, du moins jusq'à ce jour.
 
 
Sur cette vue de l'enceinte sacrée de la Mecque, nous voyons les dames et les hommes de façon mixte, cet usage se perpétue depuis l'époque du Prophète et a résisté aux changements d'usages, témoignant de l'usage du temps du Prophète.


Aucun commentaire: